David Gerard (entraîneur ASBH) : “On vaut mieux que çà”

06/09/2018
Rémy Rugiero

Long entretien avec l’entraîneur des avants Rouge et Bleu après la déconvenue subie à Mont-de-Marsan (35-14). Tour d’horizon, contexte, discours résolument offensif avant d’aller en Corrèze affronter le CA Brive, David Gerard se livre sur ce début de championnat, ses attentes et ses désirs avec l’ASBH.

⇒ Quel a été votre discours cette semaine auprès de vos joueurs suite au déplacement infructueux à Mont-de-Marsan ?
Nous avons essayé de faire prendre conscience aux garçons présents dans les Landes les erreurs commises durant la rencontre. On manque d’efficacité sur nos temps forts, je ne parle même pas de l’indiscipline tellement c’était flagrant. La force des Montois est clairement d’avoir été efficients en ne jouant pas leur meilleur rugby. C’est la principale qualité des cadors du championnat. Il ne faut jamais oublier d’où l’on vient et ce que l’on veut essayer de construire à Béziers. Le débriefing du match est venu des joueurs, c’est bien aussi qu’on puisse leur permettre d’effectuer leur propre bilan entre eux.

⇒ Une façon de responsabiliser l’équipe face parfois à ses vieux démons ?
Oui complètement, après devant on parvient à rivaliser aussi. En touche et sur les ballons portés c’est plutôt correct, en mêlée fermée c’est ce qui se fait de mieux dans la compétition et nous n’avons pas été ridicules. Dans le jeu de mouvement on a proposé pas mal de choses. C’est la preuve que nous avons encore beaucoup de choses à apprendre et qu’on se doit d’être pragmatiques à ce niveau pour exister.

⇒ Les nombreuses arrivées au sein des lignes arrières peuvent-elles expliquer les difficultés observées dans le contenu depuis le début de la saison ?
C’est surtout collectif, on manque de façon générale de liant. David Aucagne et les trois-quart bossent énormément, les entraînements sont de meilleure qualité au fur et à mesure des semaines. Il faut trouver une alchimie dans le groupe, car on doit tout rebâtir en fait et remettre dès que possible la marche en avant.

“APPRENDRE VITE DE NOS ERREURS”

⇒ Globalement l’équipe doit réagir et montrer un autre visage à Brive ?
Exactement, on a beau avoir été courageux dans les Landes ce n’était pas suffisant. En infériorité numérique la plupart du temps, pourtant les gars ont tenu le ballon (62 % de possession en seconde période), ce qui prouve qu’ils n’ont rien lâché. Mais dans l’utilisation, malgré de nombreux franchissements, la réussite est faible. Il faut apprendre vite pour faire évoluer le projet, car on l’impression parfois de régresser et que ce n’est pas facile pour nous à accepter.

⇒ Quel jugement portez-vous sur le CA Brive ?
Ils sortent d’un excellent résultat à Biarritz où la victoire leur tendait les bras. En conquête c’est solide, des porteurs de balles massifs, très denses à l’impact. Dans la réaction et la prise de décision on sent une différence. L’année dernière ce groupe ne fait pas une si mauvaise saison en Top14. L’ossature est toujours présente et on sent leur montée en puissance progressivement.

⇒ Au niveau de l’infirmerie, va t’on assister à des retours ?
Pas vraiment, même si Mathias Marie refait son apparition dans le groupe en seconde ligne. Excepté en première ligne où nous sommes complets et épargnés par les blessures, c’est plus compliqué sur d’autres postes. On attend le prochain retour de Tyrone Viiga et Benjamin Desroche. La même situation pour Joseph Tuineau qui est en phase de reprise.

⇒ Un mot sur l’arrivée de Kelly Meafua et ses premières minutes sous le maillot Rouge et Bleu ?
Il manque clairement de repères, évidemment car il est arrivé très récemment dans le club. Individuellement il a montré de l’envie dans un match pas forcément évident pour démarrer son histoire avec Béziers. Je suis persuadé qu’il sera à la hauteur de nos attentes mais il faudra lui laisser du temps. Il doit connaître ses partenaires, son environnement et apprendre notre système. Il met beaucoup d’envie aux entraînements, il communique pas mal. Il me fait penser à Tyrone Viiga dans son comportement. Son arrivée tombe à point nommée dans le registre du combat. Ses premiers pas sont très intéressants.

⇒ Parlons du capitaine Jonathan Best, actuellement calé en seconde ligne. Sera t’il ré-utilisé en troisième ligne dans la saison ?
Au départ nous étions partis avec 4 véritables secondes lignes, et des garçons que je dirai hybrides (qui peuvent alterner 2 ème et 3 ème ligne) comme Jonathan et Karl Wilkins. Le problème actuellement est la pénurie qu’on subit à ce poste. C’est peut-être une décision par défaut pour compenser certaines absences, mais cela peut devenir un choix pour la suite. Tant qu’on aura pas rééquilibré ces deux postes ça sera encore difficile de l’imaginer ailleurs.

⇒ La prolongation de Marco Pinto-Ferrer, plutôt précoce dans la saison sportive, est un signal fort ?
Je suis très heureux, c’est un garçon rempli de qualités humaines. Un joueur courageux, d’un excellent niveau en ProD2. C’est bien qu’il continue l’aventure et qu’il poursuive avec nous. C’est une bonne chose de l’avoir fait aussi tôt pour travailler dans la continuité car c’est un vrai leader. C’est un soldat au service de l’équipe et c’est très bien pour Béziers d’avoir un garçon de son tempérament.

“DES PROFILS PEUVENT VENIR NOUS RENFORCER”

⇒ Le mercato est t’il terminé du coté de l’ASBH ?
Ce n’est pas d’actualité, nous avons toujours droit à nos jokers et nos joueurs supplémentaires puisque Benjamin Lapeyre était considéré comme chômeur. Après je vous mentirai si je disais que c’est définitivement terminé. Cela dépendra de quelques facteurs, nous n’avons pas des moyens illimités et le choix d’un joueur doit être fait à bon escient. On aurait un ou deux profils qui pourraient faire l’affaire (un deuxième ligne). Mais c’est peut-être encore tôt. Attendons de voir les retours de Joseph Tuineau, Benjamin Desroche et Mathias Marie. Je compte sur eux pour la suite de la compétition.

⇒ Parlons du cas Joseph Tuineau, qui n’a toujours pas disputé la moindre minute cette saison en match officiel. Quel est son état de forme ?
Il s’est blessé durant l’intersaison estivale avec la sélection du Tonga pendant un tournoi. Au niveau du genou pour être précis. L’entorse n’a pas été suffisamment pris en charge lors de cette convocation. Il a 37 ans, c’est un véritable athlète. Mais avec un genou qui a subi un gros choc c’était pas évident pour lui. Lors des matchs amicaux je le voyais traîner la jambe. Il voulait pas trop en parler car il venait d’arriver. On s’est expliqués pour qu’il se soigne définitivement et sur le fait que tant qu’il ne serait pas à 100 % je ne compterai pas encore sur lui.

⇒ L’indiscipline justement, un facteur défaillant dimanche dernier avec en point d’orge le carton rouge à l’endroit de Maxime Veau ?
Pour revenir sur cette action notable du jeu, son geste qu’on a observé à maintes reprises car il sera convoqué par la commission, avec son plaquage qu’il subit au départ avec la pénétration de Ratu qu’on ne présente plus, est complexe. Il plante les deux pieds pour amortir l’impact et il n’arrive pas à contrôler par la suite. Après on a vite compris que l’intention n’était pas méchante, les joueurs se sont tapés la main. Maintenant je comprends la sanction de l’arbitre, le rouge est incontestable. Il y a une règle et il faut s’y tenir. Pareil pour Jordan qui mérite son jaune pour son plaquage à l’épaule inutile. Idem pour Marco, sa réaction est inappropriée. Il y a tellement d’autres moyens de faire mal au rugby. Je préfère qu’on mette une souffrance psychologique à l’adversaire que physique. Aujourd’hui on se trompe d’armes.

⇒ Ce début de saison démontre t’il un manque de maturité parfois ?
Peut-être effectivement, quand je revois encore la dernière action contre Massy à domicile. On joue la pénalité à la main alors qu’on peut s’exposer au moindre contre. C’est pas du Super Rugby, une défaite peut faire basculer une saison et l’avenir d’un club parfois. Il faut grandir dans notre approche et prendre les points quand ils se présentent. On se doit de mettre les ingrédients dans le bon ordre

⇒ Les leaders répondent-ils à vos attentes ?
On peut tous commettre des erreurs, par manque de maîtrise essentiellement. Dans nos actions, le manque de lucidité est flagrant sur nos sorties de camp ou à l’inverse sur nos phases de domination. C’est aussi le début de championnat. Nos lancements de jeu sont incohérents alors que nous avons des arguments à faire valoir. Nos leaders sont présents mais il va falloir montrer davantage. Assumer et se responsabiliser chacun. C’est pareil de notre côté, tout le monde peut se tromper. Mais l’important c’est d’avancer. On vaut mieux que çà et j’espère qu’on va changer la donne.

Propos recueillis par Rémy RUGIERO

Commentaires Facebook