Chronique de la Rambarde : le sprint final est lancé pour l’ASBH

05/03/2019
Rémy Rugiero

Le cadre était plaisant, les tribunes garnies, les animations colorées et ce petit air de phases finales qui flottait au Stade de la Méditerranée dans les esprits. La réception des Landais s’inscrivait dans une forme de continuité à prolonger : rester invaincus à domicile, dépasser un concurrent direct au classement et s’autoriser à rêver d’accéder à cette 4 ème place tant convoitée. Tensions, polémiques, mais aussi abnégation et panache, les Rouge et Bleu sont parvenus à leurs fins en assurant l’essentiel. On y replonge.

USURE PHYSIQUE

Béziers, revenu déçu et frustré de son déplacement à Bayonne, à juste titre, voyait débarquer dans son antre les Montois. Souvenirs d’un barrage à Guy-Boniface féerique pour le club et d’une saison réussie malgré la sortie finale. Mais au-delà de ces considérations d’usage, il y a un retour au quotidien qui peut s’emparer de vous et vous confier des responsabilités immédiates. En l’occurrence, l’ASBH a pour mission de se qualifier pour la seconde année consécutive parmi les six premiers. Pas une mince affaire, face à un adversaire réputé et calibré pour chercher un résultat. Pour les Biterrois, les efforts répétés se font sentir, surtout avec la jeune garde sollicitée depuis Janvier en raison d’une véritable saignée chez les troisièmes lignes. Pourtant, malgré les impondérables, l’ASBH s’est toujours comportée avec son caractère atypique. Et si le premier acte fut insipide sur l’animation offensive et la conservation globale, la défense est un secteur sur lequel les Héraultais s’appuient depuis de nombreuses semaines. D’évidence, les Montois présentaient une assurance dans le jeu et des situations plus dangereuses à leur profit. Sans pétillant, manquant de liant, les Rouge et Bleu subissaient. Et finirent par rompre sur un essai de Jens Torfs dont on se demande encore comment les assesseurs de Mr Nuchy l’ont validé. La vidéo, c’est pour bientôt qu’on se le dise.

Un scénario déjà vécu à domicile, des difficultés à prendre le jeu à son compte, des lignes arrières volontaires, mais maladroites et quelques ballons laissées en route par impatience et précipitation. Les Landais ont eu deux situations franches pour quasiment tuer le match, en début de deuxième période. Mais c’est dans ces moments que l’on peut se rendre compte que la défense en ligne des Biterrois est le principal atout des locaux. On peut subir sans rompre, on peut encaisser sans tomber, et ce paradoxe dans une domination exercée par les Montois, capables de tenir des séquences interminables à proximité de la terre promise, pour au final être écoeurés par la vaillance et le cœur misés sur le pré par un collectif décidément surprenant. Jérôme Porical viendra valider le travail de sape des avants et l’étau se réduisait. Comme depuis le début de saison, il était bien perceptible que les Rouge et Bleu reprenaient leur destin en main. Sur une belle action initiée par Savenaca Rawaca, relayé par Jérôme Porical et Tomas Munilla, Thomas Hoarau au soutien ira marquer un essai admirable sur la transformation. Pas de quoi pavoiser malgré la supériorité numérique après le carton rouge de Jamie Taulagi après une charge délirante en l’air sur la tête de Lucas Daminiani. Les ultimes instants furent épiques, les Montois sachant maîtriser leurs temps de jeu pour s’offrir un bonus défensif sur la sirène. Un succès néanmoins pour Béziers, qui poursuit sa route avec une quatorzième victoire au compteur mine de rien..

FRANCHISSEMENTS COUPABLES

L’ASBH remonte ainsi à la cinquième position avec 60 points, ce sont déjà 4 unités de plus que la saison dernière à la même période. Même si le manque de bonus est criant aujourd’hui, Béziers parvient à gérer les virages importants. Avec un soupçon de réussite et des intentions plus abouties, les Héraultais auraient pu sans crier au scandale faire partie du podium. Mais l’apprentissage, le marathon imposé et cette cadence qu’il convient de tenir peut aussi vous faire perdre la lucidité nécessaire. Un mal récurrent, pesant et visible réside dans la faiblesse des franchissements. Les retours de quelques joueurs, un turn-over plus profitable et une fin de saison qui approche pourraient mettre tout le monde d’accord. Les Rouge et Bleu ont pour obligation de gagner la majorité de leurs futures oppositions pour intégrer le quatuor de tête. Un barrage à domicile qui ferait saliver tout un peuple. Mais d’ici là, Béziers devra retrouver des ressources pour s’affranchir de la meute qui se réveille au fur et à mesure des journées. D’ailleurs, la belle affluence dans le stade n’est pas à négliger malgré deux diffuseurs. Pour arriver à ses fins et redorer un blason occulté depuis trop longtemps, l’ASBH aura besoin de toutes ses forces vives pour s’inviter au bal de fin d’année. Avec toutes les étoiles dans les yeux que cela pourrait comporter..

Rémy RUGIERO

Commentaires Facebook
Tags: ASBH,