Jonathan Best, capitaine de l’ASBH : “C’est pas satisfaisant quand tu prends zéro point”

22/02/2019

Jeudi 21 février 2019, l’ASBH s’est inclinée face à l’Aviron Bayonnais (21-15). Un voyage à vide au Pays Basque rageant alors que les Biterrois étaient en mesure de réaliser un bon coup à Jean-Dauger. Après le match, le 3e ligne et capitaine Jonathan Best a fait part de sa frustration. Et donne déjà rendez-vous aux Basques.

Jonathan, quel sentiment domine après cette rencontre ?
C’est la déception qui prime parce que jusqu’à la dernière action on a la balle de match. On a assumé notre décision, c’était de gagner le match plutôt que de prendre un bonus défensif. La dernière action, ça résume un peu la frustration qu’on a accumulé pendant ce match. Très indisciplinés, deux cartons jaunes… forcément face à une équipe comme ça, on le paie cash. Mais j’ai rien à redire sur le comportement de mes joueurs après un déplacement à Aurillac où on a été transparents. Là on a montré qu’on avait du caractère. Maintenant, ce soir, Bayonne qui prétend vouloir jouer le Top 14 ne nous a pas fait peur. J’espère une chose, c’est qu’on pourra les retrouver en phases finales pour prendre notre revanche parce qu’on a montré qu’on était capable de rivaliser face à eux et c’est ça le plus important ce soir.

Concrètement, qu’est-ce qu’il a manqué ? Vous avez été sevrés de ballon après la pause…
En première mi-temps, on a beaucoup monopolisé le ballon. Donc forcément, c’est plus facile de marquer. Et puis les 20 premières minutes de la deuxième mi-temps, on beaucoup subi. Alors on a fait des fautes (elles y sont ou pas). On les a accumulées, les cartons. On a subi leurs vagues offensives donc ils ont été capables de marquer. Après, on a résisté parce qu’on aurait pu craquer psychologiquement. On a montré un bel état d’esprit. On rate la pénalité pour rentrer dans le bonus défensif. Et puis après, la dernière touche… Donc ça veut dire qu’on était en mesure de gagner ce match. C’est ce qu’on était venu faire. Donc encore une fois, très déçu.

Après la sortie manquée à Aurillac, est-ce que ce match vous a tout de même rassurés ?
Quand tu prends zéro point, c’est jamais satisfaisant. On en a pris zéro à Aurillac, on en a pris zéro à Bayonne. Non c’est pas satisfaisant parce qu’on avance pas au classement. Mont-de-Marsan reçoit encore ce week-end donc on pourrait descendre à la 6e place, plus d’autres équipes qui peuvent nous rattraper. On se met un petit peu la pression par rapport à nos poursuivants. Mais non c’est pas satisfaisant quand tu prends zéro point avec l’engagement qui a été mis et, je pense, la qualité de la prestation qu’on a proposé. Donc non, surtout pas encourageant.

Malgré une défaite à zéro point, des points positifs à retenir ?
La défense a été bien. Après, je pense qu’en mêlée on aurait mérité d’être un peu plus encouragé par l’arbitre parce que je pense qu’on a été dominateurs. Après, on a accumulé des fautes sur leurs ballons portés donc c’est vrai que ça nous a mis en difficultés. L’état d’esprit, c’est le point positif. Mais je sais que cette équipe, elle est capable de faire mieux. On a encore une équipe jeune . La charnière qui est rentrée, c’est les deux joueurs qui ont 20 ans. Dans la gestion de fin de match, c’était peut-être un petit peu compliqué pour eux. On essaie de leur enlever un maximum de pression parce qu’ils sont pas là pour jouer sous pression. Mais l’équipe continue à grandir. Le plus important, c’est qu’on continue de progresser. Ce soir on était vraiment pas loin du leader bayonnais. Je crois qu’ils en menaient pas large puisqu’ils ont pris à chaque fois les points quand ils ont pu. Donc ça veut dire qu’on commence à faire peur à certaines équipes et ça c’est le plus important pour la suite. Mais encore une fois, on a pris zéro point et au classement, on avance pas.

Un barrage à domicile est-il encore envisageable ?
Il reste 8 matches. Je pense que si on veut faire un barrage à domicile, il faut en gagner sept. donc forcément, ça réduit un peu la voilure. On peut espérer que les équipes qui sont devant nous fassent des faux pas. Pour l’instant, ils en font pas. On a encore la chance de recevoir quatre fois des poursuivants, donc on a notre destin entre nos mains. Mais on va jouer des matchs sous pression. On fait appel au peuple biterrois qui est capable de se mobiliser dans les moments où on a besoin de lui. Dimanche prochain, contre Mont-de-Marsan, on aura besoin de tout le monde. Le plus important, c’est de marquer des points. Sur les trois derniers matchs, on en a marqué que quatre. Donc c’est pas suffisant pour jouer le haut de tableau et le barrage à domicile, pour l’instant.

Propos recueillis par Maxime GIL

Commentaires Facebook