Avec le meilleur réalisateur du championnat, c’était une demi-finale (presque) assurée

17/04/2017

Ambition légitime du début de saison, les demi-finales de ProD2 se joueront sans Béziers. Pourtant, avec un Lachie Munro en tête du classement des réalisateurs, l’ASBH avait son arme fatale pour y parvenir. Explications. 

Dix ans. Dix ans que Béziers n’a plus accédé à une demi-finale de ProD2. Pourtant, lors de la reprise du championnat en août dernier, tous les éléments semblaient réunis pour que l’ASBH termine la phase régulière dans le top 5. En vain. Huit mois après et un changement d’entraîneurs plus tard, l’heure est au constat. Et les regrets qui vont avec. Car au delà du fait que les Rouge et Bleu aient la 7e attaque et la 5e défense (la meilleure à l’extérieur), ils possèdent dans leurs rangs le meilleur réalisateur de ProD2, Lachie Munro. Avec 296 points inscrits, le demi d’ouverture caracole en tête, devant le Columérin Thomas Ramos (285 points). Au passage, il représente à lui seul 48% du total marqué par l’ASBH cette saison. 

SIX MEILLEURS RÉALISATEURS SUR NEUF EN PHASE FINALE

Mais pour mieux comprendre l’importance d’avoir un tel joueur dans son équipe, il suffit de remonter l’historique des meilleurs réalisateurs. Sur les neuf dernières saisons (soit depuis la saison 2007-2008), six meilleurs réalisateurs sur neuf ont emmené leur équipe à minima en demi-finale, au mieux à la montée après la finale d’accession. Beñat Arrayet (2007-2008 avec Mont-de-Marsan, 332 points inscrits – vainqueur de la finale), Pierre-Yves Montagnat (2008-2009 avec Oyonnax, 336 points inscrits – défaite en finale // 2009-2010 avec Lyon, 267 points inscrits – défaite en finale), Maxime Petitjean (2012-2013 avec Aurillac, 360 points inscrits – défaite en demi-finale // 2015-2016 avec Aurillac, 352 points inscrits – défaite en finale) et Fabien Fortassin (2013-2014 avec La Rochelle, 375 points inscrits – victoire en finale) ont guidé leurs coéquipiers en phases finales. Seules exceptions, Antoine Lescalmel qui n’a pu faire mieux qu’une 11e place avec Aix-en-Provence en 2010-2011, tout comme Thomas Fournil (Albi, 7e – 2011-2012) et Gilles Bosh (Carcassonne, 9e – 2014-2015) qui se sont contentés du ventre mou de la ProD2. Cette année, ce sera donc également le cas pour Lachie Munro et les Biterrois qui vont longtemps avoir en travers de la gorge leur passage à vide à l’automne. 

Maxime GIL

Commentaires Facebook