Chronique de la Rambarde : Béziers assure l’essentiel

17/08/2018
Rémy Rugiero

Roméo Ballu titulaire à l’aile de l’ASBH, victorieux avec ses partenaires de coriaces Charentais

Par une soirée ventée et lourde au Stade de la Méditerranée, l’ASBH reprenait le chemin du championnat. Si la semaine fut studieuse et remplie de questions concernant l’ouverture de l’exercice, la victoire des Rouge et Bleu fut accueillie avec satisfaction. Le sentiment du devoir accompli face à des Angoumoisins très consistants collectivement. Un succès qui devrait apporter de la confiance tout en ayant dans le curseur les progrès légitimes à accomplir.

CHASSÉ-CROISÉ PERMANENT

D’entrée de jeu, la pression était palpable. Et les premières joutes sur le terrain plutôt en faveur des Charentais. Clairement, malgré de louables intentions d’envoyer du jeu, les Biterrois butaient inlassablement sur un rideau défensif de qualité. En y perdant un soupçon de lucidité, en oubliant de prendre le score quand l’occasion se présentait. Dans le premier acte, un nombre incalculable de fautes de main et de placements témoignaient d’un manque de vécu pour certains attestant d’une forme de fébrilité. Logique après une très longue intersaison démarrée fin Mai, et qui s’échoue seulement en cette fin de semaine. Après diverses fortunes lors des matchs amicaux, Béziers cherchait un fil conducteur. Les Angoumoisins accrocheurs à souhait laissaient présager des débats tendus. Comme prévu, le score évoluant de part et d’autre sur des fautes similaires. La pause acquise sur une marque de parité (9-9), sans pour autant déceler la moindre réponse à l’incertitude procurée. Et quand vous mettez en parallèle l’historique défavorable face au SAXV, la prudence était de mise.

La seconde période verra un regain d’activité criant, franc et percutant des Héraultais. Des séquences bien senties, des pilonnages en règle, un jeu recentré sur le combat. Pourquoi n’avoir pas commencé par ces épreuves de forces que l’ASBH semble maîtriser ? Béziers s’est peut-être trompé dans la stratégie, avec des ballons écartés sans saveurs en guise de préambule, par manque de profondeur et de communication. Des munitions rendues aux visiteurs qui par la même occasion n’en menaient pas forcément large dans leurs entreprises. Un éclair de génie viendra déchirer cette relative torpeur du début, Thibault Suchier choisira à bon escient un jeu au pied par-dessus délicieux en destination de Maxime Veau tout heureux de l’offrande. Une variation bienvenue dans ce marasme défensif qui semblait interminable (16-9). Mais il était dit que les Charentais n’abdiqueraient pas. Dans la foulée après une série de pénalités, les hommes de Julien Laïrle finiront par inscrire le premier essai de la saison par l’intermédiaire de Sitauti. Sans contestation possible, le score de parité jeta un coup de froid auprès des 5801 personnes présentes. En fin de rencontre, Béziers choisira l’option de la sagesse en s’appuyant sur les bottes conjuguées de Suchier et Porical. L’essai après la sirène de Boundjema viendra récompenser d’un bonus défensif mérité les Angoumoisins. Fin du chapitre et victoire initiale des hommes de David Gerard et David Aucagne (25-21).

PATIENCE DE RIGUEUR

Conclure par un succès reste probant pour la suite. Bien sûr que le contenu est largement à revoir, que les scories sur les transmissions et les ballons décisifs furent légions, qu’un manque de liant fut constaté à des postes-clés. Comment ne pas l’occulter ? Mais l’honnêteté intellectuelle voudrait également trouver des raisons sur un début poussif. L’absence de quelques joueurs démontra un certain déficit physique. Dans l’avancée cela fut assez pénible voire laborieux, dans le sillage d’un Thomas Hoarau pourtant assez percutant. La touche fera partie des satisfactions malgré quelques pertes dommageables, et la mêlée fut présente dans les moments-clés avec la jeunesse des protagonistes. De quoi s’armer de patience, travailler plus sereinement cette semaine, et recevoir dans des conditions idoines les Massicois vaincus du côté de Mont-de-Marsan vendredi soir. La marge de progression est encourageante, l’écueil Angoumoisin particulièrement redouté pour cette reprise est validé. La suite au prochain épisode..

Rémy RUGIERO

Commentaires Facebook