Félix Lambey : “Autant de soutien pour jouer au rugby c’est énorme”

30/05/2016
Rémy Rugiero

Félix Lambey, un espoir en devenir qui aura largement rempli son contrat à l’ASBH

Qui aurait pu anticiper une telle réussite. Débarqué dans l’anonymat le plus complet, certes flanqué de quelques sélections en EDF – 20 ans, Félix Lambey est arrivé à Béziers sur la pointe des pieds. Dans l’optique de prouver qu’il pouvait exister dans ce monde professionnel qui laisse sur le carreau bon nombre de jeunes coéquipiers. Avec talent, conviction et panache, Rookie (son surnom donné par ses partenaires) laissera une trace indélébile sous la tunique Rouge et Bleu. Parce qu’il aura mouillé le maillot dans les règles, affirmé son caractère et gagné l’estime des supporters biterrois. Rencontre avec un garçon déterminé sur son avenir, plutôt radieux en l’occurrence.

TRAJECTOIRE DÉTONANTE

C’est Manny Edmonds, le coach de l’ASBH qui décrit le contexte de son arrivée, plutôt savoureuse : “Son CV était sur notre bureau, le profil était atypique, et ses sélections en jeune donnaient quelques garanties. Nous l’avons appelé pour un essai. Dès son premier entraînement, on savait qu’on tenait un joueur épatant. Il courait partout, plaquait dans tous les sens. Et il était tout simplement bon. On aurait dit qu’il en voulait à la terre entière d’être roux ! (sic)” Premiers pas plutôt réussis, pour un jeune homme de 22 ans qui venait de disputer quelques rencontres durant la saison et pour glaner de l’expérience dans le cadre de son prêt. Faut-il le rappeler Lua Lokotui était en Angleterre pour disputer la Coupe du Monde avec le Tonga en début de saison, et auprès du Captain Battye, le poste du numéro 4 était plutôt vacant entre Thomas Ceyte, Kemueli Lavetakoroi et Félix : “J’ai été superbement accueilli par les joueurs et le staff. C’était la première fois que j’intégrais une équipe professionnelle. Très surpris qu’on fasse autant confiance aux jeunes. Manny Edmonds m’a donné ma chance tout de suite, alors que je m’étais dit que je ferais maximum 6 ou 7 feuilles de matchs après le retour de Lua.”

Le ProD2 idéal comme rampe de lancement pour s’étalonner et se faire une réputation ? : “C’est un niveau très intéressant. En espoirs durant trois saisons avec le LOU, c’est bien pour se lancer et y faire ses gammes mais on ne progresse plus véritablement par la suite. C’était important pour moi de passer le niveau supérieur.” Le fossé que la plupart n’arrivent plus à franchir. Faute de temps de jeu et d’une course effrénée aux résultats. Pourtant Félix Lambey gagne la confiance, de par ses prestations abouties et son impact sur le jeu biterrois. Pour un bilan de 28 feuilles de matchs pour 21 titularisations, assez éloquent pour en tirer des conclusions ultra-positives. Prémices d’un combattant dans l’âme, avec d’âpres joutes contre Brive en amical dans le Challenge Armand Vaquerin qui lassait entrevoir un joueur de caractère, défendant ses couleurs et ses potes, comportement forcément appréciable et mis en valeur par la suite. L’année écoulée avec son flot de bons et mauvais moments, pour au final une 6éme place frustrante mais pleine de promesses : “Je suis super fier d’avoir joué pour ces couleurs. Avec un tel public, on m’en avait déjà parlé, c’est encore plus sympa de le vivre. Il y a quand même des regrets de passer si près de la qualification, de ne pas offrir ce cadeau aux supporters c’est dommage.”

 

“JE N’AI PAS EU LE CHOIX, C’EST MIEUX AINSI”

La règle du jeu était connue dès le départ. Félix Lambey était venu à Béziers dans le cadre d’un prêt. Par définition, à son terme, le joueur en question doit retourner à son club d’origine. Vraiment ? : “C’est une question que je me suis forcément posée: “Un an de plus ou le retour à Lyon?” Mais je n’ai pas eu le choix c’est peut-être mieux comme ça. Même si un certain temps, j’avais la possibilité de la décision, le LOU a tranché. Maintenant, je me projette dans le Top14, dans ma tête j’y vais pour jouer. Rester une saison supplémentaire à Béziers n’aurait pas été une mauvaise chose, dans l’optique de progresser et du temps de jeu que l’on pouvait m’offrir. L’avenir me le dira.” L’ASBH qui pour le coup trouve un écho auprès des espoirs en devenir : “J’en parle beaucoup autour de moi, que Béziers donne sa chance avec de très bonnes conditions. C’est difficile pour un espoir de s’exprimer, de le laisser s’installer. Ici c’est possible” De quoi un jour le revoir revêtir la tunique Rouge et Bleu et fouler la pelouse de la Méditerranée : “Pour le moment je ne peux rien dire, j’espère déjà que mon retour à Lyon se passera bien. Et pourquoi pas prolonger l’aventure si le maintien en Top14 est acquis. Après on ne peut jurer de rien, si un jour je dois revenir ça serait avec plaisir, je me suis attaché à ce club et à mes coéquipiers.”

Un passage qui l’aura donc sensiblement marqué, une véritable réussite profitable pour les deux parties. Félix Lambey possède un profil moderne, coureur, technique à souhait, compensant un manque de gabarit par une aptitude incroyable dans les duels. Doué dans le domaine aérien, nul doute que le début d’une carrière florissante l’attend au tournant. Le mot de la fin pour Félix, élu par les supporters de Rugbiterre joueur de l’année après plus de 8000 votes : “Je voudrais déjà les remercier, même s’il ne faut pas oublier le collectif bien entendu sans qui personne n’existe. L’ovation que j’ai reçu contre Bayonne était un moment exceptionnel pour moi, je ne m’y attendais pas je m’en rappellerais sûrement toute ma vie. J’ai depuis reçu beaucoup de messages, des personnes qui sont venus me féliciter directement. Çà m’a énormément touché, je n’avais jamais vécu çà, le fait de voir des supporters te donner autant parce que tu joues au rugby c’est magnifique. C’était un régal de jouer à la Méditerranée et ça va me manquer bien entendu.” Sans trahir de secret, Félix Lambey aussi va nous manquer, bonne route pour la suite !

Commentaires Facebook