Direction les Landes pour savoir “si on a du caractère”

03/11/2017

Tourner la page d’un derby complètement manqué et repartir de l’avant. Au menu, un déplacement dans les Landes pour laver l’affront et faire oublier une bien triste soirée que même les parieurs les plus fous n’auraient imaginé, tant les dynamiques et les contextes étaient totalement contraires entre Béziers et Narbonne. Et pourtant… La beauté du sport certainement ! 

RETROUVER DE L’AGRESSIVITÉ

Une attaque apathique ballon en main, sans aucune solution, faisant face à un manque criant d’alternance pour déséquilibrer une défense agressive et bien en place. Tout le contraire d’un rideau biterrois qui semblait rongé par les mites tant les Audois sont parvenus à le trouer. La faute à une absence d’agressivité que d’aucun ne saurait contredire, les joueurs les premiers. “Ça ressemble à aucun match qu’on a fait depuis le début de la saison. Je crois qu’on a fait 9 très bons matches et on est passé à côté contre Narbonne. Je crois qu’on a fait le plus mauvais match de la saison. Toutes les erreurs qu’on avait pas fait depuis le début, sur ce match on les a faites”, reconnaît Jean-Baptiste Barrère. Un coup d’arrêt à l’heure où le championnat arrive à la fin de son premier tier.

Alors désormais, il faut enfiler le bleu de chauffe. Et dès dimanche, David Aucagne et David Gérard avaient convoqué leurs joueurs pour une première séance d’entrainement. Mais au-delà du rugby pur et simple dans son aspect technique, il est une composante qui ne se travaille pas mais qui est pourtant bel et bien nécessaire, même vitale à l’heure de rentrer sur le pré : l’envie et la détermination. L’entraîneur des arrières s’explique : “J’aimerais qu’on soit présent dans le combat, dans l’agressivité. Qu’on montre déjà un autre visage que le week-end dernier.” Un message clair qui en dit long.

BLOQUER LES BALLONS D’UNE ATTAQUE DE FEU

Mais surtout, un message qui a trouvé un écho dans le vestiaire avant d’aller à Mont-de-Marsan, défier le 4e actuel du Pro D2. Un seul mot d’ordre cette semaine du côté de La Méditerranée : le rachat. “On va voir si on est une équipe qui a du caractère et si on peut rebondir vite. Si on est pas revanchards là, quand tu viens d’en prendre 35 à la maison, tu le seras jamais”, reprend le 3e ligne. D’autant qu’en face, ce n’est pas l’opposition la plus légère du championnat qui est proposée aux Rouge et Bleu. Le Stade Montois, meilleure défense (180 pts), 3e attaque (280 pts), sort d’un exploit majuscule à Perpignan, où les joueurs de David Auradou et Christophe Laussuq ont décroché le bonus offensif. 

La force des Landais ? Une aptitude à faire vivre le ballon qui a déjà troublé bon nombre de défenses. Seules celles de Montauban et Massy ont résisté aux assauts montois. Et cela n’a rien d’anodin lorsqu’on sait que les pensionnaires de Guy-Boniface sont ceux qui ont inscrit le plus d’essais depuis mi-août. Avec 35 réalisations, la moyenne s’élève à plus de 4 essais par match lorsqu’ils parviennent à en inscrire. En d’autres termes, l’armada offensive est soit muette comme à Sapiac et dans la région parisienne, soit déferle à tout va. Et ça, on l’a bien noté à la vidéo du côté de Béziers. “Notre capacité à leur bloquer les ballons sera importante parce qu’ils jouent beaucoup après contact”, relève David Aucagne. Et Jean-Baptiste Barrère de conclure : “On y va pour leur mettre le bazar. Maintenant, il faut passer aux actes sur le terrain.”

Maxime GIL

Commentaires Facebook