Chronique de la Rambarde : retour des Rouge et Bleu sur le pré

28/07/2018
Rémy Rugiero

L’ASBH face à Nevers la saison dernière dans le cadre du Challenge Vaquerin 

Retour sur le pré pour l’ASBH, après une parenthèse de rigueur les Biterrois vont reprendre la compétition. Après une préparation entamée fin Mai, Béziers va croiser la route de Nevers, formation aux ambitions appuyées et forte d’une expérience réussie l’année dernière dans le championnat. Quoi de mieux que le traditionnel Challenge Armand Vaquerin pour lancer une saison qui s’annonce palpitante à plus d’un titre.

OBSERVER LES PREMIERS COMPORTEMENTS

La curiosité sera de mise à Camarès au coup d’envoi à partir de 18h00 au Stade Municipal en fin de journée. Habituellement prisé des supporters Biterrois, c’est un rendez-vous incontournable pour les férus des Rouge et Bleu d’y trouver les premières réponses à leurs interrogations. L’occasion aussi de percevoir les prémices d’une organisation globale d’un effectif qui sera chamboulé par un large turn-over durant l’opposition. Le staff Héraultais y trouvera de bonnes raisons de mettre en application certains réglages de circonstance. Mettre à l’épreuve un groupe qui aura connu une intersaison chargée en terme de mouvements et qu’il conviendra d’affiner jusqu’à la réception initiale des Angoumoisins au cœur du mois d’Août. D’après la composition alignée, l’ossature reste classique. Autour de Jonathan Best qui rempile logiquement au poste de Capitaine (élu par une trentaine de joueurs après un vote pour la désignation), l’ASBH va chercher les séquences diverses et variées. Valider une partie de la préparation qui tend vers l’utilisation du ballon après l’aspect physique. Les détails et la précision viendront peut-être plus tard. En forme de montée en puissance afin d’être parés pour recevoir le SAXV prochainement. Trois matchs amicaux viendront garnir cet intermède et pas des moindres.

Rentrons dans le vif du sujet, il sera judicieux d’observer les premières joutes sous le maillot Biterrois de Clément Estériola. Ayant parcouru la vingtaine de kilomètres séparant Béziers de Narbonne, l’ancien Auscitain se verra offrir une première cape pour tenter de s’illustrer déjà face à la concurrence des Marco Pinto-Ferrer et Dorian Marco-Pena. Les regards convergeront vers Jean-Baptiste Grenod également. Après le départ de Rémi Bourdeau vers le Stade Rochelais, le jeune troisième ligne aura à cœur de démontrer les attentes placées en lui. Patient et travailleur la saison dernière en Espoirs, ce profil coureur et sauteur doit saisir sa chance sur un poste très concurrentiel. Enfin Arnaud Pic sera scruté forcément en comparaison à un certain Josh Valentine qui avait éclaboussé la fin de saison Biterroise au poste de demi de mêlée. Son rôle sera prépondérant, pour amener le liant nécessaire et affirmer une autorité auprès des avants. Sur le banc des remplaçants, Samuel Katz, Maxime Veau et Pierre Bérard pour les dernières recrues, Tomas Munilla, Charly Trussardi et Dylan Russell chez les jeunes ayant renforcés le centre de formation, auront chacun le temps de s’exprimer à leur tour également. D’autres joueurs seront incorporés au fur et à mesure selon l’avancée individuelle des concernés.

LE CONTENU PLUTÔT QUE LE RÉSULTAT

Après le duel face aux Nivernais qui débarquent dans l’Aveyron avec une quarantaine de joueurs, Béziers enchaînera la semaine prochaine avec la visite d’Agen à Sauclières pour la conclusion du tournoi. Et cerise sur le gâteau, Montpellier récent finaliste du Top 14 viendra s’étalonner en Biterre pour conclure cette série de rencontres passionnantes. L’an passé lors des duels amicaux, les hommes de David Gerard et David Aucagne s’étaient imposés sur le fil face à Narbonne après s’être inclinés.. face à Nevers dans le cadre du Challenge. Deux formations que l’ASBH avait vaincu lors de l’exercice précédent que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Une façon d’y voir une forme de tolérance sur l’opposition de la journée. Le résultat ne doit pas occulter le contenu. Il serait ridicule d’y consacrer des raisonnements alors que l’objectif est de jauger les forces en présence. Nevers n’est plus inconnu des radars, dans le sillage d’un ProD2 qui se densifie plus que jamais et où la lutte sera déterminante. Il conviendra d’analyser les quelques nouveautés présentes sur le terrain, d’appréhender les conditions climatiques qui impacteront les organismes et d’éviter les blessures d’usage (souvenir de Marco Pinto-Ferrer face à Narbonne indisponible 4 mois par la suite). Un savant mélange de désirs de revoir les siens et d’approcher avec sérénité et excitation l’ouverture du championnat qui focalise toutes les attentes légitimes.

Rémy RUGIERO

Commentaires Facebook